Commentaire du Fonds Triasima de revenu équilibré – T2 2022

2022-07-15

L’économie

L’influence de la COVID-19 sur l'activité économique est désormais négligeable sauf en Chine, récemment, en raison de fermetures liées à leur politique de zéro COVID.

L'inflation a encore augmenté dans les pays avancés, surprenant la plupart des observateurs. L'une des principales raisons est l'accroissement de la richesse des ménages au cours des deux dernières années qui a mené à une forte augmentation des achats de biens. Les autres causes incluent le resserrement du marché du travail et les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement. 

Les banques centrales ont maintenu leurs politiques monétaires expansionnistes trop longtemps et doivent maintenant procéder à un rattrapage en relevant considérablement les taux d'intérêt à court terme. Les taux à moyen et long terme ont également continué de grimper au cours du trimestre.

La guerre en Ukraine se poursuit, limitant l'offre et augmentant l'inflation pour l'énergie en Europe et pour les denrées alimentaires en général.

La croissance ralentit dans la plupart des pays en raison des répercussions de l'inflation et de la baisse du revenu réel disponible. Certains pays avancés ont commencé à montrer des signes de récession à la fin de ce trimestre.

Les marchés

Propulsée par l'inflation et les augmentations du taux directeur par la Banque du Canada, la courbe de rendement canadienne a connu un déplacement parallèle vers le haut ce trimestre d’environ 1%. Elle est plate pour les échéances d’un an et plus, ce qui indique une augmentation des attentes de récession. 

Le rendement à l'échéance de l'indice obligataire universel FTSE Canada (-5,7 %) a augmenté de 0,9 % pour atteindre 3,9 % ce trimestre. L'indice TSX des actions privilégiées (-7,5 %) a également affiché une perte.

Tous les indices boursiers de l'indice de référence ont affiché des rendements négatifs ce trimestre. Le MSCI EAFE (-11,8 %) devance l'indice composé S&P/TSX (-13,1 %), et le S&P 500 (-13,6 %). L'inflation élevée et la hausse des taux d'intérêt qui font craindre une chute des bénéfices en sont la cause. À ce jour, la chute du marché n'a été causée que par une compression des multiples de bénéfices, puisque les estimations de bénéfices sont positives pour 2022.

Le Fonds

Le Fonds de revenu équilibré Triasima a enregistré un rendement de -8,1 % ce trimestre, contre -9,8 % pour sa cible. 

Dans l'ensemble, l'allocation d'actifs a été neutre sur le rendement relatif ce trimestre. La sous-pondération des obligations a retranché de la valeur, mais le choix de titres dans cette catégorie a compensé. Au total, la sélection de titres a ajouté de la valeur, principalement grâce aux actions américaines et canadiennes.

Avec la détérioration des économies, l'allocation aux obligations de sociétés a été réduite et celle aux obligations fédérales augmentée. Les obligations sont sous-pondérées, mais globalement le ratio revenu fixe/actions est similaire à celui de l'indice de référence. À la fin du trimestre, la durée des obligations du Fonds (5,5 ans) est inférieure à celle de l'indice obligataire universel FTSE Canada (7,4 ans). 

Les ventes d'actions ont légèrement dépassé les achats ce trimestre, le portefeuille délaissant les secteurs cycliques au profit des secteurs défensifs. La réserve à court terme a donc augmenté.

Le rendement courant du Fonds a augmenté régulièrement cette année et se situe maintenant à 3,2 %.

L’Approche des trois piliers MC

Sur le plan quantitatif, uniquement dans le cas des actions, les paramètres de risque et de valorisation sont similaires à l'indice de référence des actions du fonds. La croissance des bénéfices et les attentes sont meilleures, tandis que les niveaux de rentabilité et la croissance des revenus sont moindres.

La tendance à la baisse des marchés d'actions s'est accélérée au deuxième trimestre pour tous les marchés d'actions composant l'indice de référence. Les facteurs défensifs tels que les dividendes, la valeur et la rentabilité ont surpassé les facteurs de croissance, de variabilité des bénéfices et de volatilité des cours.

Le contexte fondamental des actions s'est encore détérioré ce trimestre en raison de l'inflation élevée et de la hausse des taux d'intérêt. Le ralentissement de l'économie et la baisse des bénéfices attendus des entreprises laissent présager de mauvaises perspectives à court terme et pour 2022.
 

Contactez-nous

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi

Pour être au courant de nos webinaires et de nos nouvelles communications