Commentaire du Fonds Triasima actions canadiennes – T3 2022

2022-10-15

L’économie

L'inflation élevée est le thème macroéconomique dominant actuellement. Elle est le résultat des politiques monétaires accommodantes antérieures, d'une situation de plein emploi et des perturbations persistantes aux chaines d’approvisionnement dues à la pandémie.

Les banques centrales sont restées fermes dans leur volonté de juguler l'inflation et ont augmenté les taux directeurs. Les taux à court et moyen terme ont suivi en parallèle, si bien que les courbes de rendement se sont inversées au Canada et aux États-Unis.

La croissance économique est entravée par cette forte inflation et par la hausse des taux. Les ménages souffrent de la baisse du revenu réel disponible tandis que les entreprises sont confrontées à des coûts plus élevés et à une diminution de la demande. Ces dernières font désormais preuve de prudence dans leurs prévisions. Le ralentissement économique se généralise et de nombreux pays sont probablement déjà en récession.

Le marché du travail serré commence à entraîner des hausses des coûts unitaires de main-d'œuvre. La situation de l'emploi est toutefois toujours en décalage avec les conditions économiques et pourrait bientôt commencer à se détériorer. Les annonces de licenciements et de gel des embauches sont des signes typiques. L’augmentation soutenue aux États-Unis du taux de participation au marché du travail indique que les ménages épuisent l'épargne constituée lors de la pandémie.

Le conflit Russie-Ukraine se poursuit. Ses principaux effets sont une incertitude géopolitique accrue et des coûts énergétiques élevés en Europe. Entre-temps, la pandémie de COVID est passée au second plan, avec un impact résiduel sur certaines industries de services.

Le marché des actions canadiennes

L'indice composé S&P/TSX a chuté de 1,4 % ce trimestre.

Les rendements sectoriels sont regroupés dans une fourchette allant de légèrement négatifs pour les secteurs sensibles aux taux d'intérêt à légèrement positifs pour les secteurs de la consommation et industriel, ces derniers étant soutenus par leurs titres plus défensifs.

Les secteurs des technologies de l'information, des services de communication, des services publics et de l'immobilier, tous sensibles aux taux d'intérêt, ont enregistré une baisse moyenne de 5,8 %.

Le Fonds

Le Fonds Triasima actions canadiennes a eu un rendement -0,6% ce trimestre.

La répartition sectorielle a retranché un peu au rendement relatif. Cette contribution négative a été répartie entre huit des onze secteurs. La sélection de titres a été bénéfique au rendement relatif et ce, particulièrement dans le secteur de l'énergie.

Le tableau suivant présente les titres ayant eu le plus grand impact sur le rendement relatif :

   Impact positif

   Impact négatif

TC Energy Corporation*

Canadian Pacific Railway ltée

Tourmaline Oil corp.

SSR Mining inc.

Cameco corp.

Suncor Energy inc.

Element Fleet Mgmt corp.

Rogers Communications inc

Waste Connections inc.

Cenovus Energy inc.

* Titres non détenus dans le fonds.

La rotation du Fonds du trimestre dernier, qui consistait à délaisser les titres cycliques au bénéfice de titres défensifs, s'est poursuivie. Des sociétés aux opérations plus stables ont été ajoutées dans le secteur industriel et les deux secteurs de la consommation, tandis que les titres plus cycliques ont été retirés dans les secteurs des matériaux et financiers. Le Fonds est maintenant largement sous-pondéré dans le secteur financier.

L’Approche des trois piliers MC

Sur le plan quantitatif, le Fonds affiche maintenant un coefficient bêta, des paramètres de risque, d'évaluation et de rentabilité similaires au marché. Les paramètres des attentes et la croissance des revenus et des profits sont légèrement meilleurs.

Le marché des actions canadiennes a été en dent de scie ce trimestre, en hausse et ensuite en baisse. Sa tendance au long terme demeure négative toutefois. Le facteur rentabilité, associé à la qualité, a bien performé. Les facteurs à la traîne ont été valeur et variabilité des profits, à cause du ralentissement économique, et celui des dividendes, dû à la hausse des taux. 

La détérioration du contexte fondamental des actions canadiennes s'est poursuivie au troisième trimestre. L’inflation élevée et les hausses de taux d'intérêt mènent à des révisions à la baisse pour les profits attendus des sociétés. Les perspectives demeurent mauvaises à court terme.
 

Contactez-nous

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi

Pour être au courant de nos webinaires et de nos nouvelles communications